L'intégration dynamique vs l'intégration subie

toto | 25 Juillet 2019 - 14h33

L'intégration subie, surtout de ces politiques sensibles et vécues comme contraignantes de prime abord, est la moins bonne des solutions.
En fonction des collectivités et des délais dont on dispose pour faire l'acculturation des élus, la planification territoriale permet une intégration dynamique. Sans injonction, mais par conviction. Une fois semé, dans de bonnes conditions, le grain lève. Encore faut-il lui donner ces bonnes conditions et ne pas être psycho-rigides sur des données chiffrées qui n'ont de fondement que ce qui n'engage pas réellement, et qui ne contentent que ceux qui ont une vision superficielle et court-termiste des choses. Même si l'enjeu est fondamental, la collectivité n'est qu'un reflet de l'extrême diversité de ses composantes, qui toutes ne sont pas prêtes à voir l'intérêt général avant leur intérêt particulier.

Back to top