La planification de demain

Le rôle de la planification de demain

Le rôle de la planification de demain

Quelle planification pour accompagner la transition (écologique, économique, énergétique...) ?

Ajouter ma contribution
  • planifier la transition et non plus l'accompagner!!

    AudacesTerritoriales | 21 Mai 2019 - 14h34

    Il est de bon aloi de planifier en donnant des objectifs SMART à tout un chacun avec un signal-prix convaincant plutôt que de donner des marges de manœuvres permettant de ne pas faire et in fine de ne rien avoir fait! A l'analyse, cela à servi de guide depuis bison-futé.

    AudacesTerritoriales
    J'ajoute que "accompagner" implique de savoir "où on va ensemble"!, pour ne pas rester que dans l'incantation!
  • Planifier c'est bien, mettre en oeuvre c'est encore mieux

    Stockholm | 17 Mai 2019 - 13h47

    Nous souffrons en France d'un nombre pléthorique de plans et programmes dans tous les domaines (urbanisme, écologie, habitat, énergie etc ). Ces documents sont coûteux et remis en question à chaque changement de loi. Une énergie folle et un temps certains sont dépensés pour les élaborer alors que l'urgence est la mise en oeuvre de toutes les actions qui y sont prévues. Or, sur le plan opérationnel, nous sommes peu efficaces : a t on réellement beaucoup avancé sur la trame verte et bleue, nos paysages sont ils moins dégradés qu'auparavant, les émissions de gaz à effets de serre sont elles en forte chute etc ? j'en doute

    AudacesTerritoriales
    La France a réellement une difficulté culturelle sur le sujet, due à la multiplicité des acteurs (normal) mais aussi à un jeu des dits acteurs un peu pervers. Pour beaucoup l'interet général n'est que la somme des intérêts particuliers, et c'est comme cela! La maitise à l'val est rendue difficile par le fait que les interets privés deviennent prépondérants une fois le document approuvé. Reste des signaux-prix à mettre en place pour remplacer le stock existant. Ex taxe d'aménagement, qui contribue amplement à l'étalement urbain, alorsq que sa suppression donnerait du plomb dans l'aile budgétaire à certains!
  • La planification climatique et écologique priment sur toutes les autres

    Aurel | 15 Mai 2019 - 09h12

    Il ne pourra y avoir de transition économique, numérique ou autre si la société que nous connaissons disparait.
    Il faut mettre en place un plan de transition climatique et écologique ambition dont les contraintes et objectifs s'imposent à tous les autres documents de planification ou règlementation.

    AudacesTerritoriales
    Un préfet peut il vraiment porter cela jusqu'au bout!
  • La planification de demain est celle d'aujourd'hui appropriée

    Vince | 14 Mai 2019 - 15h11

    Les cadres actuels sont tout à fait pertinent pour traduire les enjeux d'aujourd'hui.
    Le sujet est sans doute celui des acteurs locaux et de la bonne organisation des EPCI, région et services déconcentrés pour bien prendre en main les outils et les cadres existants.
    Le maitre mot est ainsi celui de la stabilité des périmètres territoriaux et des périmètres d'intervention pour que les acteurs en présence s'organisent (construction des services et professionnalisation des équipes) et apprennet à maîtriser le jeu d'acteur dans lequel il travaillent

  • Pour unr planification territoriale stratégique et démocratique

    Mouette | 13 Mai 2019 - 13h11

    Pour tout document d'aménagement du territoire, les collectivités locales ont la responsabilité de la maîtrise d'ouvrage publique, organisée collectivement. Pour assurer une élaboration démocratique du plan, la maîtrise d'ouvrage publique organise un travail de fond avec l'ensemble des acteurs cityens, qui participeront à la définition des enjeux stratégiques d'un aménagemnt responsable et cituyen. Dans cette co-élaboration stratégique, le rôle d'libératif doit être distingué du rôle représentatif du maître d'ouvrage collectif. On attend du plan d'aménagement stratégique qu'il devienne, une fois adopté, un contrat durable qui engage les parties-prenantes. Il existe déjà des exmples de cette démarche, dans des pays étrangers Barcelone, en Espagne, Rosario en Argentine, etc.)

    Mouette
    Il existe des exemples qui valident cette démarche. Parmi les plus connuues : Barcelone(spagne), Rosario (Argentine), Poro allegre (Brésil= etc
  • Une meilleure articulation entre les différents documents

    Benjamin Benoit | 29 Avril 2019 - 17h09

    La planification de demain doit être à la fois plus souple et plus contraignante sur le sujet de la transition écologique et de la protection des ressources.
    Les documents supra, que ce sont le code de l'urbanisme et les SRADDET, devraient obligatoirement définir des objectifs précis et chiffrés à atteindre (production de logements, densité, artificialisation, réhabilitation énergétique, énergie décarbonnée, végétalisation des villes, lutte contre pollution atmosphérique, lumineuse, intermodalité, etc.), en laissant les moyens à mettre en oeuvre aux documents de rang inférieur, que sont SCoT, PDU et PLU(i), qui peuvent eux adapter les objectifs aux réalités locales.

    Par ailleurs, la planification de demain se doit d'être plus contraignante et ambitieuse sur sa capacité à "rendre possible" la ville de demain : réversibilité des bâtiments, végétalisation, (réelle) intermodalité permettant de diminuer massivement l'usage de la voiture en ville, développement des éco-quartiers, etc.

  • Passer vraiment à 0 articialisation nette

    Bart Ificialisation | 29 Avril 2019 - 09h49

    Les enjeux de transition démographique, énergétique, écologique, climatique (et j'en passe) appellent à des mesures fortes permettant de subvenir aux besoins primaires de la population dans un monde qui change.

    La chute de la biodiversité et la menace de la majorité des écosystèmes depuis des décennies constitue les principales tendances sur lesquelles il est nécessaire d'agir sans délai.

    Le plan biodiversité de Nicolas Hulot prévoit de passer à 0 artificialisation nette, une partie de la solution que vous cherchez est donc déjà toute tracée. La planification est la plus à même de protéger les espaces naturels et agricoles qui sont et seront de plus en plus les poumons de notre civilisation.

    Benjamin Benoit
    D'accord avec cette proposition, à condition de ne pas freiner le développement des territoires. Pour cela, il faut donner les moyens (en ingénierie, en financement) aux collectivités pour atteindre ce zéro artificialisation nette : densification, réhabilitation systématique de toutes les friches, renaturation dès que possible des espaces dégradés, vraies contraintes sur l'optimisation des zones commerciales/artisanales/économiques afin extension/développement de nouvelles zones, etc.
    Aurel
    Il s'agit vraiment du premier acte à mettre en oeuvre dans la planification de demain. Le rôle prégnant de l'artificialisation des sols est régulièrement mis en avant dans la perte dramatique de biodiversité et il est urgent d'y mettre un frein. Il faut en conséquence faciliter le travail de planification et la mise en place de projets en renouvellement urbain. Aujourd'hui mener à bien un projet dans ce contexte est particulièrement long et ardu, il serait bon de mettre en place de nouveaux outils, de nouvelles procédures pour fluidifier ce travail.
Back to top