Le lien juridique entre SCOT et PCAET doit être maintenu.

DDTM34 | 17 Juillet 2019 - 15h19

Les SCOT mériteraient d’être plus ambitieux sur ces politiques : plusieurs leviers existent dans le code de l’urbanisme mais sont insuffisamment utilisés. L’aménagement et l’urbanisme sont pourtant très impactant sur le climat, la qualité de l’air et l’énergie à la fois parce qu’ils contribuent au réchauffement climatique, à l’émission de particules polluantes (chauffages, industries et mobilités…) et à la consommation énergétique mais aussi parce que les choix d’aménagement contribuent à exposer plus ou moins de population à un air pollué, à des excès de chaleur en ville, à la submersion marine, à l’érosion des côtes et à consommer plus ou moins d’énergie…
Les documents d’urbanisme ne doivent pas se contenter d’attendre la fin des transports polluants mais faire des choix d’aménagement qui seront moins impactant pour leur population : créer un nouveau quartier ou densifier un quartier existant à proximité immédiate d’une voie à grande circulation doit interroger par exemple.

Back to top